Le Gabon est un pays situé à l’ouest de l’Afrique centrale, à l’équateur, sur la côte de l’océan Atlantique, et plus précisément dans le golfe de Guinée. À l’époque coloniale il a été placé sous le protectorat de la France, ainsi que plusieurs autres pays appartenant à l’Afrique équatoriale française. Il occupe actuellement une superficie de 267.667 km2, et est limitrophe de trois pays : au nord-ouest, la Guinée équatoriale (sur une frontière de 350 km) ; au nord, le Cameroun (sur 298 km) ; et à l’est et au sud, la République du Congo-Brazzaville (sur 1903 km). A l’ouest l’océan s’étale sur 885 km. La plupart du pays est montagneux. Le paysage est varié, vallonné et découpé par les vallées fluviales, dont la plus importante est celle du fleuve Ogoué. Le point culminant est le mont Iboundji, avec 1575m au dessus de la mer.

Le climat équatorial du Gabon est humide et, comme il sied à un vrai feu, la chaleur ne rend pas la vie facile aux habitants et aux touristes ainsi que la forte humidité. Au Gabon, il y a quatre saisons: une grande et une petite saisons sèche et une  grande et une petite saisons des pluies. Les  saisons sèches ne sont pas aussi nettes que dans la savane. Couvert d’une végétation tropicale, le pays ne perd jamais son écrin de verdure. La saison des pluies dure d’Octobre à Mai : de Janvier à Avril, ce sont les mois les plus chauds et les plus humides dans la capitale.  La grande saison sèche prévaut de Juin à Septembre : c’est le meilleur moment pour les Européens de visiter le pays. Pendant ce temps, un courant froid refroidit la mer, l’évaporation baisse et les précipitations diminuent : des baleines majestueuses peuvent arriver sur la côte du Gabon.

Au Gabon, il y a un réseau dense de rivières (principalement  le fleuve Ogooué et ses affluents). La végétation naturelle crée une forêt tropicale humide (couvrant, selon diverses sources, de 78 à 85% du pays). Dans les marécages de la côte et des rives des fleuves poussent des mangroves. Le reste du pays est couvert de forêts, sauf à l’est et au sud où l’on trouve la végétation de savane. Parmi les animaux vivent des éléphants dans la forêt et des gorilles ; mais il n’est pas facile de les trouver dans la nature. En effet, ils se protégent contre les contacts avec l’homme en se cachant dans les fourrés. D’autres animaux particuliers du Gabon importants sont la vipère cornue du Gabon, le  perroquet jaco, le chimpanzé, le mandrill, l’hippopotame, le manat, le dangereux mamba noir, le python et la tortue.

Les villes et la population

La capitale du Gabon est Libreville, là où habite près de la moitié de la population, soit environ un demi-million de personnes. Les autres grandes villes sont Port Gentil, considérée comme la capitale industrielle, Franceville, Lambaréné, Moanda, Mounana, Makokou, Koulamoutou, Mouila, Oyem, Tchibanga et N’Djolé. La langue officielle est le français, même si les langues couramment utilisées appartiennent à la famille bantoue (fang, Myene, Nzebi, bapounu, eschira, banjabi et autres). La plupart des gens parlent couramment le français, les jeunes apprennent souvent l’anglais ou l’espagnol ; ce sont les personnes plus âgées, notamment les femmes, qui peuvent avoir des problèmes avec le français.  La monnaie nationale est le franc centrafricain (franc CFA), celle utilisée par d’autres pays de la région.

En 2002, le Gabon comptait plus de 1 233 000 d’autochones, dont la majorité vit dans les villes Jusque dans les années 80 du XXe siècle, il y avait encore une population égale dans les forêts et dans les villes. On prévoit une augmentation de 70% de la population urbaine dans les prochaines années Les ethnies vivant principalement dans le pays font partie des tribus bantoues. Plus de 35% de la population sont de la tribu Fang ; d’autres grands groupes sont les suivants: Eschira – 25%, Mpongwe – 15% et Punu – 12%. En raison des émigrations actuelles, on rencontre au Gabon des gens venant du Cameroun, du Congo, du Nigeria, du Mali et d’autres pays africains ; de nombreux Européens y travaillent, surtout des Français. Il est facile de rencontrer dans une grande ville des commerçants libanais et chinois, omniprésents  en Afrique. Des petits groupes de Pygmées se trouvent encore au Gabon dont ils étaient les premiers habitants .

La structure par âge est la suivante (données de 2002): enfants jusqu’à 14 ans représentent 33,3% de la population, les personnes âgées de 15-64 ans = 60,6%, et plus de 65 ans = 6,1%. Le taux de natalité est 27,24 naissances pour 1.000 habitants, tandis que le taux de mortalité est respectivement de 17,59 / 1000. La mortalité infantile est élevée :  93,5 décès pour 1000 naissances. L’âge moyen des Gabonais est de 49,11 années (femme: 50,25 ans ; homme : 48,01), une femme a en moyenne 3 à 4 enfants. La cause du taux élevé de mortalité, parmi d’autres choses, est la propagation du sida : 9% de la populationdes fonctionnaires,  en 2002, en était infectée et 2 000 personnes meurent chaque année à cause de cela. Le paludisme est aussi très meurtrier. En Février 1996, l’Organisation mondiale de la Santé a annoncé que 13 personnes dans un village près de Makokou, Mayibout, sont mortes d’une attaque de virus Ebola. Le Gabon est une zone à risque d’épidémies dangereuses et menacé par de nouveaux virus.

Selon les données de 1995, 63,2% de la population âgée de 15 ans et plus savaient lire et écrire (73,7% d’hommes et 53,3% de femmes). Près de 33% de la population n’accèdent pas à l’eau potable ; 13% n’ont pas accès aux services médicaux : il y a un médecin pour 2.500 personnes.

Pour ce qui est de la religion, selon les informations publiées sur le site de la CIA américaine, au Gabon, il y a 55-75% de chrétiens, les musulmans représentent moins de 1% de la population, et le reste sont des adeptes de la religion animiste. Cependant, l’Union Missionnaire catholique d’Angleterre et du Pays de Galles dit que les chrétiens du Gabon est de 97%, 68% sont catholiques, 19% protestants et 10% d’autres chrétiens, l’Islam est professé par environ 1% de la population, et les 2% restants sont animistes. Il ya eu une augmentation progressive des adeptes de l’islam  favorisé par la migration de main-d’œuvre des pays d’Afrique de l’Ouest et du Liban. Aussi, dans les grandes villes, on trouve des nouvelles communautés charismatiques chrétiennes et malheueusement,de nombreuses petites sectes fondées par des pasteurs auto-proclamés.

Le gouvernemment et les structures politiques

Le Gabon est une république avec un président comme chef de l’Etat, élu au suffrage universel pour un mandat de sept ans. Le pouvoir législatif est exercé par un parlement bicaméral élu pour une durée de cinq ans, et le pouvoir exécutif revient au Premier ministre, nommé par le président. Depuis 1990, date de la légalisation des partis d’opposition, le Gabon a un système multi-partite, et la Constitution a été adoptée le 14 Mars 1991.

Le 17Août 1960, le Gabon est devenu indépendant et cette date est devenue celle de la fête nationale. Le pays est administrativement divisé en neuf provinces: Estuaire, Haut-Ogooué, Moyen-Ogooué, Ngounié, Nyanga, de l’Ogooué-Ivindo, de l’Ogooué-Lolo, de l’Ogooué-Maritime et Woleu-Ntem. Depuis 1960, le Gabon n’a eu que trois présidents, le premier d’entre eux fut Léon Mba, militant indépendantiste pendant le temps de la colonisation française. L’actuel président du Gabon, Ali Bongo Ben est le fils de l’ancien président Omar Bongo Ondimba, qui a occupé son poste de 1967 jusqu’à sa mort en 2009. Dans l’arène politique u pays, il y a environ 11 partis, dont le plus populaire est le PDG (Parti démocratique gabonais), qui a aussi le plus de représentants à l’Assemblée nationale.

L’economie

Le Gabon est membre des pays les plus riches du continent africain, capables ainsi d’éliminer l’extrême pauvreté dans leur domaine. Mais il existe de grandes disparités entre les résidents et une grande partie de la population vit dans la pauvreté. La base de l’économie est l’exploitation minière, qui génère 34% de la production intérieure brute et fournit 60-80% de la valeur des exportations. On extrait le pétrole principalement dans la mer près de Port Gentil, le minerai de fer (aux environs de Belinga), le manganèse (Moanda), l’uranium (Mounana), de l’or et du gaz naturel. Le Gabon est au troisième rang dans le monde pour  l’extraction du minerai de manganèse et en est le deuxième exportateur mondial après l’Afrique du Sud.

Jusqu’aux années 60, l’économie du pays est dominée par l’exploitation forestière qui gaspillait plutôt l’environnement naturel. La découverte des ressources minières remonte seulement au début des années 70 du XXe siècle. À ce jour, on exporte des bois précieux comme l’acajou et l’okoumé  vers l’Europe et les pays arabes. L’agriculture en raison du manque de terres arables (jusqu’à 2% du territoire national) est faible et ne couvre pas la demande intérieure. L’économie est toujours dominée par la cuture sur brûlis qui ravage les petites plantations familiales. On cultive principalement le manioc, le riz, les bananes, les patates douces, la canne à sucre, le palmier à huile, le taro, le café et le cacao. La présence de mouches tsé-tsé limite le développement de l’élevage et par contre la pêche est toujours populaire.

Le Gabon dispose d’une industrie manufacturière florissante: la pétrochimie, la scierie et le bois, les produits chimiques, agro-alimentaire, le ciment et les textiles. Le réseau routier est mal entretenu. Depuis 1986, existe une ligne de chemin de fer de Libreville (port OWENDO) vers les centres d’extraction de minerai, et, finalement, jusqu’à Franceville ; toute la ligne a 649 km de long. Le transport aérien dans le pays est beaucoup développé ; il y a des aéroports publics et privés, dont trois internationaux. Les voies navigables sont également développées, en particulier le long de la rivière Ogooué. Le Gabon dispose également de trois ports: Owendo (la capitale), Port-Gentil et Mayumba.

Parmi les exportations, dominent le pétrole, le bois, le manganèse et l’uranium. On importe principalement des machines et des équipements, des denrées alimentaires, des biens de consommation et des produits finis. Les principaux partenaires à l’exportation sont les États-Unis, la France et la Chine, les principaux pays fournisseurs sont la France (62%), la Côte d’Ivoire, les Etats-Unis et la Belgique. Le montant des exportations en 2001 s’est élevé à 2,5 billions de dollars, et les importations – 921 millions de dollars. En 2000, le Gabon comptait 39 000 numéros de téléphone fixe, et 120 000 personnes utilisaient des téléphones cellulaires. Un an plus tard, il y avait 15 000 utilisateurs d’Internet.